Comment plomber l'ambiance...

Etant du signe du Taureau, je suis quelqu'un de très réaliste, et qui réfléchit beaucoup. D'ailleurs je réfléchis trop. Croyez-moi, ça n'en a peut-être pas l'air, mais ça peut être un défaut. Du coup, j'écris souvent des phrases ou des sortes de mini-textes pour expliquer ce que je ressens, ou une chose que j'ai remarquée. Ce ne sera sûrement pas l'article le plus drôle de ce site, mais j'avais envie de partager ces observations...

--

coeur-brise-jsl.jpg

--

 

 
   La vie n’a aucun sens, à part celui qu’on lui donne.
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   Le pardon n’est qu’une invitation pour ceux qui t’ont fait du mal à recommencer de te nuire.
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   Quand on est adolescent, on croit tout savoir. On pense avoir vécu des événements difficiles, vu des choses terribles. On est sûr d'avoir déjà connu l'amour. Et puis un jour, quelqu'un arrive, et balaye tout sur son passage, les certitudes, les sentiments. Rien d'autre n'a plus d'importance à vos yeux que cette personne. Et ce jour-là, on se rend compte que l'on n'avait rien compris.
   On regarde passer cette personne, on la voit partir, sans pouvoir la retenir. La vie continue, mais elle est différente. Elle ne sera plus jamais la même.
 
 

 
   Tu ne me vois pas.   
   Ce n’est pas une plainte, ni une question, c’est un fait. Je suis là, en face de toi, tu me regardes, mais mes sentiments pour toi ne parviennent visiblement pas à se frayer un chemin jusqu’à ton cerveau.
   Tu veux savoir ce que tu es, pour moi ? Tu es tout. Mon oxygène, mon ciel et ma terre, mon seul horizon et mon unique avenir, mon passé mais aussi mon présent. Tu es la personne qui a tout changé, qui m’a apporté mes plus grands moments de bonheur et mes plus terribles peines. Tu es ma vie, et ma mort, la seule bonne chose dans mon monde de ténèbres, et ma seule erreur dans une vie pourtant irréprochable. Pour toi, je mourrais, je tuerais, je mentirais, je changerais, j’attendrais, je me damnerais, je quitterais tout.
   Alors, tu veux vraiment savoir ce que je ressens pour toi ?
 
 

 
 
 
 
 
 
   "Si tu aimes quelqu'un, laisse-le libre."
   Je veux bien, mais à force de laisser toutes les personnes qui nous sont chères vivre leur vie, on finit par se retrouver tout seul.
 
 

 
 
   Tous les humains ont la même nature profonde. Nous sommes tous égoïstes, sadiques, masochistes, centrés sur notre propre recherche du bonheur, capricieux, cruels, et j’en passe. C’est ça qui est à l’intérieur de chacun d’entre nous.
   Etre "quelqu’un de bien", ce n’est pas être une exception à cette règle, ni être supérieur. Ce n’est pas être un dieu. C’est juste dépasser tout ça, essayer de se montrer généreux, empathique, à l’écoute, respectueux, même si on est nous-mêmes profondément blessés.
   Le bien, ce n'est pas facile. Parce que le bien, c'est changer.
 
 
 

   Si pour bien vivre, il faut être comme les autres, alors je préfère mourir.

   “Tu ne l’aimes que depuis deux ans.” Je n’aime pas cette formulation. Que deux ans ? Vous ne savez donc pas ce que j’ai vécu durant ces deux années ? L’incertitude, le dégoût de moi-même, la peur, puis un bonheur si intense qu’il vous fait mal, ensuite la tristesse, qui vous achève une bonne fois pour toutes, cette sensation que vous êtes mort à l’intérieur et que plus rien ne vous fera sourire, ce besoin d’être rassuré par la seule personne qui ne vous aimera jamais, ce manque incontrôlable qui vous ronge, cette impression que vous êtes seul alors que vous êtes au milieu de la foule... Alors, je ne l’aime que depuis deux ans ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site